Par Marie-Cécile Renault  – Publié

Les entreprises de taille intermédiaire (ETI), pourtant moteurs de la croissance, ne montrent qu’une reprise encore extrêmement fragile au premier trimestre 2016 avec seulement 450 emplois nets créés par rapport à la même période de 2015, selon le dernier baromètre Trendeo/Meti.

«Ça va mieux», a déclaré jeudi soir le Président de la République… Pourtant tous les indicateurs sont au rouge: le taux de chômage n’a jamais été aussi haut, la France reste championne d’Europe de l’impôt avec plus de 45% de taux de prélèvements obligatoires (contre 36% au Royaume-Uni et 38% en Allemagne), et la croissance française reste désespérément inférieure à celle européenne!

Toujours pas de quoi fanfaronner au regard de la note de conjoncture sur la création d’emplois dans les entreprises de taille intermédiaires (ETI) au premier trimestre, publié ce vendredi par le METI et Trendéo. Si les ETI ont confirmé l’année dernière être le moteur de la création d’emplois en France avec 21.000 emplois nets créés sur les 82.300 emplois marchands nets créés, les chiffres du 1er trimestre montrent une reprise encore extrêmement fragile.

Au premier trimestre, les ETI voient leur situation s’améliorer par rapport au premier trimestre 2015. Mais cela provient surtout d’une baisse des suppressions d’emplois, plus forte que la baisse des créations. Preuve supplémentaire de cette fragilité, la situation des grands groupes, qui se dégrade par rapport au premier trimestre 2015, avec une hausse de 31% des suppressions d’emplois soit 2944 emplois nets supprimés.

Amélioration dans les transports, dégradation dans l’industrie manufacturière

Comme le montre le baromètre Trendeo, entre le premier trimestre 2015 et le premier trimestre 2016, l’amélioration constatée provient principalement du secteur transport logistique, passé en positif. Et pour cause, le premier trimestre 2015 avait enregistré près de 2000 suppressions d’emplois chez Mory Ducros !

La situation s’améliore également dans les secteurs de l’information/communication ainsi que dans les conseils et services spécialisés. La situation se dégrade en revanche dans l’industrie manufacturière, où l’emploi tombe carrément dans le rouge avec près de 700 emplois de plus supprimés dans le secteur par rapport au premier trimestre 2015.

Alors que la France a créé 82.300 emplois marchands en 2015, l’Allemagne en a créé dans le même temps 482.000, l’Italie 288.000 et l’Espagne 610.000 emplois. «On sait que dans ces pays ce sont les PME et les ETI de croissance qui signent ces bons chiffres de l’emploi. La certitude c’est qu’on pourrait faire largement mieux et accélérer encore l’emploi dans les ETI en France», analyse Alexandre Montay, secrétaire général du Meti.

Comment faire mieux? «Il faut améliorer leur compétitivité en appliquant en matière d’emploi les recettes combinées qui ont fonctionné chez tous nos voisins: baisse du coût du travail, dégressivité de l’Assurance chômage, recours massif à l’apprentissage et réforme du contrat de travail pour plus de prévisibilité», affirme Alexandre Montay. Tout un programme que ne prévoit pas vraiment la loi El Khomri…

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/04/15/20002-20160415ARTFIG00195-la-france-va-mieux-les-patrons-des-entreprises-de-taille-intermediaire-disent-le-contraire.php

Retrouvez l’intégralité de la note de conjoncture Trendeo-METI 1er trimestre 2016 (cliquez sur le lien ci-contre).